Linz élargit le champ de la participation avec les propositions citoyennes

POPULATION
204 846
TYPE
Large Cities

Linz (204 846 habitants), troisième ville d’Autriche, est connue pour son architecture baroque, ses musées, son centre d’arts électroniques… et ses actions en faveur de la démocratie numérique. En 2019, la ville a lancé une nouvelle plateforme de participation pour élargir le champ de l’engagement public, permettant aux citoyens de participer sur n’importe quel sujet, de n’importe où et à n’importe quel moment.

En février, nous nous sommes rendus à Linz pour rencontrer l’équipe à l’origine de la plateforme : Ana Zuljevic, chef de projet à la Linz Innovation Hauptplatz, et Julia Widy de HuemerIT, une société de conseil qui travaille avec la ville de Linz sur des projets de transformation numérique. Nous avons parlé de l’organisation interne, des facteurs de succès et des bonnes pratiques de la participation numérique.

Linz n’en est pas à son coup d’essai avec la participation citoyenne. Avant l’année dernière, la ville disposait déjà d’une plateforme de participation ainsi que d’une application mobile permettant aux citoyens de signaler les problèmes qu’ils rencontraient dans la rue. Ces deux initiatives permettaient d’initier un dialogue avec les citoyens, mais, comme l’explique Ana Zuljevic, elles n’étaient pas suffisantes. « Les projets de notre précédente plateforme avaient une durée de vie assez courte et ne concernaient qu’un nombre restreint de sujet, ce qui restreignait le champ de la participation. En plus la plateforme était développée en interne par la ville, et la technologie que nous utilisions n’était pas très avancée« .

La nouvelle plateforme de la ville, développée avec CitizenLab, comprend des propositions citoyennes, une fonction de participation ascendante qui permet aux citoyens de partager leurs idées avec la ville à tout moment, sur tous les sujets. Les projets qui obtiennent 30 votes de leurs concitoyens dans un délai de 60 jours sont étudiés par la municipalité ; les auteurs sont invités à la mairie pour discuter de leur idée et éventuellement rencontrer les experts locaux concernés.

« Maintenant les citoyens peuvent participer quand ils le souhaitent et peuvent partager leurs idées quand ils le veulent, ce qui donne au maire un meilleur aperçu de ce que veulent les citoyens« , explique Julia Widy. « Les propositions sont très récentes, mais elles sont très populaires auprès des citoyens – à tel point que nous envisageons de relever le seuil des signatures nécessaires« . De plus, la nouvelle plate-forme offre davantage de possibilités : « Travailler avec un partenaire externe signifie que le coût de l’investissement dans la technologie est partagé avec d’autres villes. Le produit est mis à jour et amélioré régulièrement, ce que nous ne pourrions pas nous permettre de faire sur notre propre plateforme« .

CitizenLab : « Comment êtes-vous organisés en interne pour le projet ? »

Julia Widy : « L’idée des propositions citoyennes est venue du maire lui-même. Nous gérons les opérations quotidiennes de la plateforme avec Ana – la mise en place de nouveaux projets, suivi des plateformes, réponse aux commentaires… Nous avons mis en place un processus clair, où les responsabilités de chacun sont bien définies. Il y a eu beaucoup de discussions internes sur les projets que nous voulions lancer en premier, et sur les projets qui pourraient avoir le plus grand impact. Nous organisons des réunions régulièrement et nous adaptons notre approche petit à petit. Nous sommes maintenant plus structurés et nous avons des objectifs clairs. Nous faisons également régulièrement rapport sur les résultats au bureau du maire.

Lorsqu’une proposition atteint le seuil de signatures nécessaires, les citoyens sont invités à la mairie pour parler de leur idée. Si la proposition est particulièrement complexe, ce qui est par exemple le cas des idées au sujet de la circulation, nous invitons également des experts à participer à ces réunions

En plus d’organiser ces rencontres nous répondons aussi directement aux questions et aux propositions sur la plateforme et nous invitons des experts à y expliquer en ligne pourquoi certaines idées peuvent fonctionner – ou ne fonctionneront pas. Nous avons compris que les citoyens apprécient d’avoir des retours clairs sur leurs idées, et c’est pourquoi nous partageons activement les résultats et les conversations sur la plateforme ».

C : « Comment expliquez-vous le succès des propositions citoyennes dans la ville ? »

[En quelques mois seulement, les citoyens ont partagé 26 propositions uniques sur la plateforme, dont 4 ont atteint le seuil de la ville. Linz a confirmé qu’au moins une d’entre elles sera officiellement mise en œuvre].

Ana Zuljevic : « Tout d’abord, il est crucial que les propositions des citoyens soient fortement soutenues par le côté politique. Dans notre cas c’est le maire qui a lancé l’idée des propositions citoyennes, ce qui signifie que nous bénéficions d’un soutien politique au plus haut niveau ».

« Il est crucial que les propositions citoyennes soient soutenues par une réelle volonté politique ».

JW : « Nous avons vu que certains citoyens sont très investis dans ce qui se passe dans leur ville, et apprécient vraiment la possibilité d’être actifs dans leur ville. Ce petit groupe de citoyens est très actif, a de bonnes idées et aime discuter avec la municipalité. Nous constatons également que certains sujets sont particulièrement intéressants pour les citoyens, comme le climat et la justice sociale. Notre projet sur le climat a été notre projet le plus réussi jusqu’à présent.

Il y a toujours un risque que les idées soient recueillies mais qu’elles ne soient pas utilisées par la suite. Pour éviter cela, nous essayons de communiquer clairement à et régulièrement sur les mesures qui sont prises afin d’expliquer aux citoyens comment leurs idées sont prises en compte. Nous sommes sur le point de mettre en œuvre la première proposition citoyenne : de nouveaux bancs pour le centre ville, conçus par un citoyen. La mise en œuvre de la première proposition montre que nous sommes à l’écoute et encourage les autres citoyens à partager leurs idées. La liste des idées recueillies au cours du projet climatique a également été partagée avec le maire, qui va en discuter avec les experts climatiques du conseil municipal. Une fois qu’ils auront décidé des idées à utiliser, nous en informerons les citoyens et planifierons un événement. Le processus prend du temps, mais il est important ».

AZ : « La communication est l’un des aspects les plus importants du projet. Nous avons établi un plan de communication pour soutenir nos actions – nous définissons ce que nous devons dire, et l’équipe de communication s’occupe de la conception et de la mise en œuvre des campagnes. Nous nous efforçons d’accroître notre présence sur les réseaux sociaux pour augmenter notre base d’utilisateurs. Nous avons mené avec succès des campagnes payantes sur Facebook, et nous avons également utilisé l’affichage numérique dans toute la ville ».

C : « Avez-vous des conseils à donner aux villes qui cherchent à lancer des propositions citoyennes ? »

AZ : « Cela peut être intimidant d’ouvrir la plateforme et de donner une voix aux citoyens. Il est normal de craindre des commentaires négatifs sur la plateforme de votre ville, mais c’est un risque à prendre. Pour l’instant, le pari est définitivement gagnant pour nous !

Les commentaires négatifs sont rares, et vous pouvez toujours les modérer. Au cours de la recherche que j’ai effectuée sur la participation numérique des citoyens, quelqu’un nous a dit « Ne réfléchissez pas, faites-le ». La plateforme génère des conversations intéressantes ; même lorsque nous ne pouvons pas mettre en œuvre une proposition, nous avons toujours la possibilité d’engager une conversation avec les citoyens et d’expliquer quelles sont les prérogatives de la ville.

Pour réussir, il peut être utile de mettre en place des processus clairs, mais on apprend aussi beaucoup en faisant. Vous pouvez être vraiment bien préparé, mais en tant que ville, vous devez accepter que les choses vont changer en cours de route et que vous allez devoir vous adapter. Ne réfléchissez pas trop, faites-le !

Il est normal de craindre des commentaires négatifs sur la plateforme de votre ville, mais c’est un risque à prendre.

Votre ville cherche-t-elle à donner aux citoyens une voix dans les décisions politiques locales ? N’hésitez pas à nous contacter pour savoir comment notre plateforme peut vous aider à atteindre vos objectifs

Partagez cet article

Autres études de cas

Over 100 governments and 15,000 citizens
are already using CitizenLab to build their policy together
Picture of the CitizenLab engagement experts

Découvrez la plateforme avec
l'un de nos spécialistes

Contactez notre équipe pour discuter de votre prochain projet de participation citoyenne

Demandez une démoChat with an expert