Le Grand Débat : les 3 facteurs d’une expérience réussie à Rueil

POPULATION
78,794
TYPE
Small & Medium Cities

En France, l’heure est au débat. Suite au mouvement des gilets jaunes, le gouvernement d’Emmanuel Macron a lancé une phase de consultation nationale. L’objectif est de faire entendre les voix des français sur des sujets variés, pouvant aller de l’immigration à la mobilité. Les modalités de ce Grand Débat National varient selon les villes et les régions.

Avec plus de 430 idées, 1235 commentaires 5192 votes et 13 500 connexions, l’expérience du Grand Débat à Rueil-Malmaison est sans conteste une réussite. Cette ville de 78 000 habitants, dans la périphérie de Paris, a su transformer ce challenge démocratique en des débats citoyens constructifs. Revenons ensemble sur les clés du succès de ce projet de participation citoyenne.

1. La combinaison du « en-ligne » et du « hors-ligne »

Le maire de Rueil n’avait pas attendu l’appel du président pour se doter d’outils permettant aux citoyens de s’exprimer et de faire entendre leurs opinions sur les projets de la ville. Une plateforme nommée <<www.jaimerueiljeparticipe.fr>> avait notamment été ouverte dès juillet 2018. Sur cette plateforme, les rueillois et rouilloises sont invités à faire entendre leurs idées, à réagir aux propositions de la ville, à débattre et à se soutenir en votant.

Le Grand Débat a été l’occasion d’ouvrir d’autres champs de discussion et de donner une perspective nationale au débat local. L’objectif était de dégager des solutions réalisables très concrètement à Rueil et de trouver des pistes pour dépasser les difficultés auxquelles font face de nombreuses collectivités françaises. Cette mission a séduit les citoyens. Les chiffres disponibles dans le back-office montrent une nette hausse de l’activité et du taux d’inscription à partir du lancement du Grand Débat sur la plateforme.

Bien loin du « tout au numérique« , la ville de Rueil a également tenu à mettre en place des méthodes « hors-ligne ». Elle a organisé des tables rondes lors desquelles les idées et les propositions des citoyens ont été enregistrées. Les élus étaient présents pour répondre aux questions de la population. Par ailleurs, des cahiers d’expression en version papier ont été aussi mis à disposition des citoyens en mairie. Ces différentes méthodes ont permis d’informer et de toucher toutes les tranches d’âge de la population.

2. Des espaces de discussions ouverts, structurés et thémtatisés

Les tables rondes ont été organisées sur base des quatre chapitres proposés par le gouvernement. Ces quatre chapitres ont également structuré les échanges sur la plateforme. De cette façon, les citoyens ont pu participer facilement aux débats qui les intéressent. Ils pouvaient également consulter les solutions proposées dans ces domaines. Le fait de rendre les contributions transparentes et accessibles pour tous a permis d’éviter une consultation populaire statique, au profit d’une dynamique délibérative. En prenant connaissance des idées déjà publiées, les citoyens pouvaient partager de nouvelles idées et commenter de manière simple et structurée les existantes.

Bien que certaines discussions ont abordé des sujets sensibles, les citoyens ont montré un civisme exemplaire. Les idées les plus controversées ont reçu des commentaires constructifs, élaborés et respectueux. Pour preuve, la signature la plus courante en fin de commentaire était “bien cordialement”. Les commentaires ont joué un rôle essentiel dans cette expérience puisqu’ils ont souvent engagé de longs et fructueux débats. En outre, les votes négatifs ont été utilisés avec parcimonie, comme le montre le graphique ci-dessous.

3. Une communication claire et bien rôdée

Ce projet n’aurait pu atteindre ce résultat, sans un plan de communication bien pensé. L’objectif était non seulement d’informer les citoyens sur les enjeux du Grand Débat mais aussi de faire connaître les outils qui étaient mis à leur disposer pour faire entendre leur voix. Ce projet de participation citoyenne a ainsi été soutenu par une communication forte, organisée sur plusieurs canaux. La ville de Rueil a, par exemple, uilisé ses réseaux sociaux et son magazine municipal. Les élus politiques n’ont pas hésité à se rendre sur le marché pour discuter avec les citoyens de la plateforme en ligne.

Et maintenant ? Qu’est-ce qu’il va se passer ?

Le phase de consutation s’est terminé ce 15 mars. L’ensemble des idées et propositions ont été rassemblées dans le but de faire d’une synthèse qui sera adressée à la Mission Grand Débat National, comme cela est prévu par la procédure nationale décidée par le Gouvernement.

La participation citoyenne ne s’arrête pas pour autant à Rueil-Malmaison. La plateforme de participation citoyenne va accueillir d’autres projets et les élus ont pour ambition d’inclure encore davantage les citoyens dans les processus de prise de décisions. Dans ce sens, un budget participatif va être lancé très prochainement !

Partagez cet article

Autres études de cas

Over 100 governments and 15,000 citizens
are already using CitizenLab to build their policy together
Picture of the CitizenLab engagement experts

Découvrez la plateforme avec
l'un de nos spécialistes

Contactez notre équipe pour discuter ensemble de la meilleure façon de commencer

Demandez une démoChat with an expert